Un laboratoire
   
   
 
 
Centre de recherche Grand Est-Colmar
- Complément d'adresse :
INRA 28 rue de Herrlisheim Afficher la suite
INRA 28 rue de Herrlisheim BP 20507 68021 COLMAR CEDEX Réduire

- Missions :
Placé au coeur de l'Alsace, une région connue pour la beauté de ses paysages, et pour la qualité de Afficher la suite
Placé au coeur de l'Alsace, une région connue pour la beauté de ses paysages, et pour la qualité de ses produits comme le vin d'Alsace, le centre INRA de Colmar mène des programmes relatifs à la qualité des vins liée aux terroirs et aux relations entre l'agriculture et l'environnement.

De plus, situé dans un contexte universitaire très favorable avec la proximité du pôle européen de biologie de Strasbourg (université Louis Pasteur, CNRS-institut de biologie moléculaire des plantes) et le développement de l'IUT "génie biologique", le centre INRA mène des thématiques pluridisciplinaires et va s'inscrire dans une Unité Mixte de Recherche.
Des collaborations transfrontalières notamment avec l'institut de la vigne et du vin de Fribourg (Allemagne) et des stations de recherche suisses se mettent en place.

Le centre INRA de Colmar emploie 110 agents, dont 25 chercheurs, répartis dans quatre disciplines scientifiques. Il dispose de 4 000 m² de laboratoires, 5 000 m² de serres et d'installations expérimentales, de 55 ha de grandes cultures et de 15 ha de vignoble.

Pour son avenir, le centre de recherches agronomiques d'Alsace prend en compte deux exigences :

* L'une liée à la logique économique de l'agriculture et de l'agro-alimentaire du nord-est de la France. En effet, de par sa localisation et ses missions, l'INRA Colmar s'implique dans la filière recherche, enseignement supérieur et développement.

* L'autre exigence, liée au nécessaire progrès des connaissances, passe par le renforcement de son potentiel de recherche, notamment en association avec les universités alsaciennes et le CNRS, aboutit à la création du biopole colmarien en 1994. Bien intégré dans la politique universitaire de la ville de Colmar, l'INRA est à l'origine de la notion de biopole qui regroupe sur un même site : - l'IUT de génie biologique, qui pourrait être renforcé par l'ouverture d'un institut universitaire professionnalisé ; - l'institut transfrontalier d'application et de développement agricole ; - des structures de développement agricole comme l'office national des forêts, le laboratoire vétérinaire départemental et l'institut technique du vin. Ce dernier institut a rejoint l'INRA dans la future maison du biopole, dont l'achèvement a lieu en 1999. Ce biopole est un technopole au service de l'agriculture, de la viticulture et de l'environnement alsacien. Réduire

- Mot(s) clé(s) :
Objet d'étude : ampelovirus, clone, cochenille, erysiphe necator, indicateur durabilité exploitations agricoles, lutéovirus, nématode, nepovirus, népovirus, plasmopara viticola, polerovirus, prairie, produit résiduaire organique, puceron, système de culture, système de culture innovant, vigne, vitis vinifera
Question sociétale et finalité, contexte : agriculture biologique, alimentation humaine, amélioration génétique, biodiversité végétale, biorisque, innovation variétale, intensification écologique, production scientifique, protection des plantes, réduction de pesticides, relation science société, respect de l'environnement, santé des plantes, service environnemental, transformation de l'agriculture
Démarche, discipline : agroécologie, Agronomie, Amélioration des plantes, Biochimie et Biologie Moléculaire, Écologie et Environnement, Génétique des plantes, génomique, Intelligence artificielle, Modélisation et simulation, Virologie
Afficher la suite
Objet d'étude : ampelovirus, clone, cochenille, erysiphe necator, indicateur durabilité exploitations agricoles, lutéovirus, nématode, nepovirus, népovirus, plasmopara viticola, polerovirus, prairie, produit résiduaire organique, puceron, système de culture, système de culture innovant, vigne, vitis vinifera
Question sociétale et finalité, contexte : agriculture biologique, alimentation humaine, amélioration génétique, biodiversité végétale, biorisque, innovation variétale, intensification écologique, production scientifique, protection des plantes, réduction de pesticides, relation science société, respect de l'environnement, santé des plantes, service environnemental, transformation de l'agriculture
Démarche, discipline : agroécologie, Agronomie, Amélioration des plantes, Biochimie et Biologie Moléculaire, Écologie et Environnement, Génétique des plantes, génomique, Intelligence artificielle, Modélisation et simulation, Virologie
Echelle d'étude : champ cultivé, parcelle agricole, parcelle viticole, territoire d'exploitation, territoire rural
Localisation géographique : alsace, colmar
Dispositif technique et méthode d'étude : collecte des données, évaluation de l'impact environnemental, expérimentation, expertise scientifique, fouille de données, indicateur agrienvironnemental, phytopathologie, plateforme de phénotypage, plateforme de transgénèse, plateforme expérimentale, réseau expérimental, serre, transgénèse, validation expérimentale
Composé chimique, Facteur du milieu : arn interférence, cuivre, élément transposable, glucoside, impact environnemental, isoprénoïde, pesticide, protéine phloemienne, récepteur de virus, type de sol de culture
Phénomène, processus et fonction : court noue, diversité botanique, extinction génique, pollinisation, recombinaison virale, rétention, service écosystémique, spécificité vectrice, vection
Réduire
 

En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +