Vous cherchez...

 
Une recherche
   
   
 
 
Interactions azote-pathogènes
(ACR)
- Mot(s) clé(s) :
Objet d'étude : arabidopsis thaliana, botrytis cinerea, erwinia amylovora
Question sociétale et finalité, contexte : biologie prédictive, développement durable, environnement végétal
Démarche, discipline : Génétique des plantes, Physiologie
Afficher la suite
Objet d'étude : arabidopsis thaliana, botrytis cinerea, erwinia amylovora
Question sociétale et finalité, contexte : biologie prédictive, développement durable, environnement végétal
Démarche, discipline : Génétique des plantes, Physiologie
Composé chimique, Facteur du milieu : azote, dickeya
Phénomène, processus et fonction : métabolisme azoté, nutrition, stress abiotique, stress biotique
Réduire

- Description détaillée :
Le nitrate est la forme majeure de l’azote absorbé par les plantes dans nos régions tempérées. De Afficher la suite
Le nitrate est la forme majeure de l’azote absorbé par les plantes dans nos régions tempérées. De nombreuses données agronomiques et quelques données fonctionnelles récentes indiquent que les relations entre les processus infectieux et le métabolisme azoté sont complexes et très répandues mais les mécanismes en jeu sont actuellement mal connus. Le but de notre projet est d’analyser les relations entre le métabolisme azoté et les processus infectieux nécrotrophes et d’identifier les voies de régulation en jeu. Nous disposons d’une expertise sur le pouvoir pathogène de trois agents pathogènes nécrotrophes (les bactéries Erwinia amylovora et Dickeya dadantii et le champignon Botrytis cinerea) ainsi que sur les réponses d’Arabidopsis thaliana à ces agents pathogènes. Notre objectif dans un premier temps est d’analyser l’impact de la nutrition azotée sur le processus infectieux (expression des facteurs du pouvoir pathogène, expression des défenses). Nous analyserons les liens qui existent entre le métabolisme azoté et le processus infectieux à travers l’étude de mutants d’arabidopsis connus étudiés au sein du pôle « Adaptation des plantes à leur environnement » (APE). Notre dernier objectif est, à travers l’étude de la variabilité naturelle et/ou la mise en place de cribles génétiques, d’identifier les facteurs de la plante qui permettent l’intégration des signaux provenant des stress biotiques et abiotiques Réduire

- Champs de rattachement :
 

En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +