Vous cherchez...

 
Une recherche
   
   
 
 
Contrôle de la ramification des plantes
(ACR)
- Mot(s) clé(s) :
Objet d'étude : arabidopsis thaliana, pisum sativum, pois
Question sociétale et finalité, contexte : amélioration génétique, biodiversité végétale
Démarche, discipline : Biologie du développement, génétique, Physiologie
Afficher la suite
Objet d'étude : arabidopsis thaliana, pisum sativum, pois
Question sociétale et finalité, contexte : amélioration génétique, biodiversité végétale
Démarche, discipline : Biologie du développement, génétique, Physiologie
Réduire

- Description détaillée :
Les plantes sont des organismes fixés qui doivent intégrer de multiples facteurs endogènes et Afficher la suite
Les plantes sont des organismes fixés qui doivent intégrer de multiples facteurs endogènes et environnementaux pour coordonner la différenciation et le développement des différentes parties de la plante. Cette coordination repose sur l’action de molécules signal qui agissent à de très faibles concentrations et qui assurent la communication entre les cellules et entre les organes.

Depuis les années 1930, il était classiquement admis que l’auxine et les cytokinines étaient les deux hormones essentielles impliquées dans la dominance apicale, processus où l’apex de la plante producteur d’auxine empêche le démarrage des bourgeons axillaires sous-jacents. Lorsque la plante est “décapitée”, les bourgeons axillaires qui étaient jusque là dormants démarrent pour former de nouvelles ramifications. Le développement de ces nouvelles tiges activé par les cytokinines produites par les racines permet à la plante de survivre et de se reproduire.

Notre travail sur le contrôle génétique et physiologique de la ramification de la plante est basé sur une importante collection de mutants de pois hyper ramifiés. Il y a une dizaine d’années, nous avions mis en évidence par des expériences de greffes entre ces mutants, l’existence d’un nouveau signal réprimant la ramification.

Ce travail vient d’aboutir à l’identification d’une nouvelle classe d’hormones végétales, les strigolactones, qui répriment le démarrage des bourgeons axillaires situés à l’aisselle de chaque feuille.



Réduire

- Champs de rattachement :
 

En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +