Vous cherchez...

 
Une recherche
   
   
 
 
Stratégies infectieuses des Xanthomonas
(ACR)
- Mot(s) clé(s) :
Objet d'étude : pathogène, plante, plant pathogen, xanthomonas campestris, xylème
Question sociétale et finalité, contexte : biodiversité, relation plante-microorganisme
Démarche, discipline : bactériologie, biochimie, Biodiversité et Ecologie, biologie moléculaire, Biologie végétale, Génétique des plantes, imagerie, informatique, Réseaux moléculaires
Afficher la suite
Objet d'étude : pathogène, plante, plant pathogen, xanthomonas campestris, xylème
Question sociétale et finalité, contexte : biodiversité, relation plante-microorganisme
Démarche, discipline : bactériologie, biochimie, Biodiversité et Ecologie, biologie moléculaire, Biologie végétale, Génétique des plantes, imagerie, informatique, Réseaux moléculaires
Réduire

- Description détaillée :
Nos travaux visent à caractériser les mécanismes moléculaires permettant l’adaptation des bactéries Afficher la suite
Nos travaux visent à caractériser les mécanismes moléculaires permettant l’adaptation des bactéries phytopathogènes à leurs hôtes végétaux, ce afin de proposer des méthodes de lutte innovantes et respectueuses de l’environnement.

Nous avons centré nos études portent sur la bactérie phytopathogène Xanthomonas campestris pv. campestris (Xcc) qui est l’agent de la pourriture noire des Brassicacées, une maladie qui affecte plusieurs plantes d’intérêt agronomique telles que le chou, le chou-fleur, les brocolis et les radis ainsi que la plante modèle Arabidopsis thaliana. Le genre Xanthomonas comprend de nombreuses espèces phytopathogènes qui collectivement infectent plus de 400 plantes hôtes. Les séquences des génomes de 16 souches de Xanthomonas affectant plusieurs plantes économiquement importantes telles que le riz, la canne à sucre, les agrumes, le bananier, la tomate, le poivron et le haricot sont actuellement disponibles. Le genre Xanthomonas représente est particulièrement pertinent pour des études de génomique comparative.

Nos travaux abordent deux grands types de fonctions contrôlant les interactions entre les pathogènes et leurs hôtes :

- les effecteurs des systèmes de sécrétion de type 3 (SST3) injectés à l’intérieur des cellules végétales sont capables d’inactiver les réponses immunitaires de la plante ou de détourner le métabolisme végétal pour favoriser la croissance du pathogène.

- Les systèmes d’utilisation des hydrates de carbone végétaux, appelés systèmes CUT, utilisent des transporteurs spécifiques appelés Transporteurs TonB-dépendants (TBDTs) pour acquerir activement et métaboliser des composés végétaux afin de favoriser la croissance des pathogènes dans la plante.

Pour mener à bien nos études nous combinons des approches variées allant de la génétique à la biochimie en passant par la biologie moléculaire et la génomique
Réduire

- Champs de rattachement :
 

En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +