Vous cherchez...

 
Une recherche
   
   
 
 
Réponses de l'organisme aux mycotoxines : impacts sur les systèmes de défense des animaux d'élevage
(ACR)
- Mot(s) clé(s) :
Objet d'étude : porc, rongeur
Dispositif technique et méthode d'étude : filtre adn, rt pcr
Composé chimique, Facteur du milieu : cytochrome p450, cytokine, déoxynivalénol, fumonisine b1, transférase, zearalenone
Afficher la suite
Objet d'étude : porc, rongeur
Dispositif technique et méthode d'étude : filtre adn, rt pcr
Composé chimique, Facteur du milieu : cytochrome p450, cytokine, déoxynivalénol, fumonisine b1, transférase, zearalenone
Réduire

- Description détaillée :
Immunologie et toxicologie sur modèles intégrés et cellulaires.
Lors d'une ingestion répétée Afficher la suite
Immunologie et toxicologie sur modèles intégrés et cellulaires.
Lors d'une ingestion répétée d'aliments contaminés, certaines mycotoxines provoquent un effondrement des défenses immunitaires et métaboliques. Les fusariotoxines constituent une classe de toxines fortement présentes comme contaminants naturels des céréales et des produits céréaliers alors que l'A. fumigatus est un hôte fréquent des substrats alimentaires et de l'environnement des animaux d'élevage. Il s'agit de compléter les données actuelles en matière de toxicologie de ces mycotoxines en se référant aux effets précoces sur les fonctions essentielles de l'organisme en matière de défense. Mise au point de modèles cellulaires : cellules phagocytaires, lymphocytes, cellules épithéliales, hépatocytes
Mise au point de modèles intégrés : porcs, rongeurs
Recherche de biomarqueurs d'exposition aux mycotoxines en relation avec les systèmes de défense : immunoglobulines, cytokines, enzymes de biotransformation, marqueurs de prolifération et/ou mort cellulaire
Analyse globale discriminante des effets de mycotoxines à l'aide de signatures transcriptionnelles.

Si l'ingestion d'aliments fortement contaminés, induit des mycotoxicoses les niveaux de contamination retrouvés en Europe de l'ouest sont souvent faibles. Il paraît donc important de connaître les effets d'une exposition prolongée à des doses de toxines compatibles avec celles que l'on retrouve dans les aliments destinés à l'homme et à l'animal. Par ailleurs, les consommateurs humains et animaux se trouvent souvent exposés à des mélanges de mycotoxines. En effet, un champignon peut produire simultanément plusieurs toxines et les aliments peuvent êtres contaminés par différentes souches fongiques. Nos études permettent de mesurer la relation dose-effet toxique de mycotoxines dont la pertinence est avérée en matière toxicologique. De telles données ainsi que la détermination des seuils d'action toxique, sont indispensables à l'évaluation des dangers ainsi que des risques. Secondairement, ces paramètres éclairent la prise de décisions réglementaires concernant les niveaux de contamination acceptables pour l'alimentation. AFSSA Ploufragan, CNRS, INSERM, ARVALIS, IRTAC, IBNA de Bucarest.
Au travers de projets européens : REX EADGENE (European Animal Disease Genomics Network of Excellence for Animal Health and Food Safety), STREP "Feed for pig health".
1. Détermination des cibles cellulaires et du mode d'action des mycotoxines,
2. Analyse des impacts des mycotoxines sur les systèmes de défense de l'hôte : transporteurs, inflammation, immunité, biotransformations,
3. Connaissance des impacts d'expositions représentatives des contaminations naturelles : expositions chroniques, faibles doses, contamination par plusieurs mycotoxines,
4. Aide à la décision par la détermination des doses sans effet toxique.

La fumonisine B1 et les trichothécènes modulent l'activité des enzymes de biotransformation hépatique en modèle intégré de souris.
Administrée à des doses compatibles avec la contamination naturelle des aliments, la fumonisine B1 facilite l'invasion colibacillaire chez le porc.
Le déoxynivalénol associé au nivalénol à faibles doses n'entraîne aucune synergie d'effets toxiques chez la souris. La qualité sanitaire des matières premières constitue une préoccupation de plus en plus forte de l'industrie agroalimentaire. Dans ce domaine, les fabricants d'aliment de l'homme et du bétail sont concernés par la contamination des céréales par des moisissures et par le risque de présence de mycotoxines. Considérées comme stables, ces toxines se retrouvent dans les aliments destinés à l'homme ou à l'animal. Notre objectif est d'identifier les effets des mycotoxines sur les systèmes de défense de l'organisme : les réponses inflammatoire et immunitaire ainsi que l'enzymologie tissulaire de biotransformation. Pour ce faire, nous utilisons à la fois des modèles cellulaires (cultures primaires, cellules isolées, cellules de lignées) et des modèles intégrés (porc, rongeurs).
Nous portons une attention particulière au porc. En effet, son alimentation riche en céréales en fait une espèce cible des mycotoxines. De plus, les similarités entre le porc et l'homme au niveau de leur physiologie digestive et de leur réponse immunitaire en font un excellent modèle d'étude.

Réduire

- Champs de rattachement :
 

En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +