Vous cherchez...

 
Une recherche
   
   
 
 
Épidémiologie et protection intégrée
(ACR)
- Mot(s) clé(s) :
Objet d'étude : agriculture
Démarche, discipline : Agronomie
Dispositif technique et méthode d'étude : phytochimie
Afficher la suite
Objet d'étude : agriculture
Démarche, discipline : Agronomie
Dispositif technique et méthode d'étude : phytochimie
Réduire

- Description détaillée :
CETIOM - nous avons démontré l'intérêt du mélange variétal comme mode de diversification des Afficher la suite
CETIOM - nous avons démontré l'intérêt du mélange variétal comme mode de diversification des résistances aux parasites du blé à l'échelle de la parcelle
- un programme d'identification et d'évaluation de la résistance partielle aux rouilles est engagé depuis 2005
- la capacité d'adaptation de la rouille brune aux résistance quantitatives est en cours d'étude.
- la structure des populations de rouille brune et de rouille jaune a été établie. Des informations sur les pathotypes présents sont régulièrement communiqués.
- un modèle a été construit pour évaluer l'effet de la structure du paysage sur le risque épidémique. Ce projet se poursuit
En raison d'une très faible biodiversité, aussi bien dans l'assolement que dans les rotations, et d'une sélection longtemps focalisée sur le rendement et la qualité industrielle, nos systèmes agricoles sont très vulnérables vis-à-vis du risque épidémique. Malgré l'utilisation massive de pesticides, les maladies fongiques des cultures restent récurrentes et très nuisibles. Continuer à assurer une production suffisante et rémunératrice pour l'agriculteur tout en limitant les nuisances environnementales et sanitaires implique de développer des modes de protection alternatifs à l'application systématique de pesticides. Le développement d'une véritable gestion de ces ressources génétiques que sont les facteurs de résistance, ainsi que l'exploitation des différentes formes de résistances disponibles est plus que jamais une priorité. Pour réintroduire un certain niveau de diversité dans les agrosystèmes de manière à assurer une régulation biologique du risque, pour revaloriser les facteurs de résistance contournés et pour développer des formes de résistance alternatives à la résistance gène-pour-gène, il faut se baser sur une connaissance du fonctionnement écologique de l'agrosystème et des capacités d'adaptation des parasites et imaginer des modes de gestion à la fois efficaces et stables, capables de contrôler les composantes principales du cortège parasitaire. Réduire

- Champs de rattachement :
 

En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +