Vous cherchez...

 
Une recherche
   
   
 
 
Pathologie ostéo-articulaire du cheval
(ACR)
- Mot(s) clé(s) :
Objet d'étude : appareil locomoteur, suivi d'élevage
Dispositif technique et méthode d'étude : croissance, marqueurs de l'ostéogenèse, profil biochimique, radiographie
Phénomène, processus et fonction : boiterie, héritabilité, performance sportive
Afficher la suite
Objet d'étude : appareil locomoteur, suivi d'élevage
Dispositif technique et méthode d'étude : croissance, marqueurs de l'ostéogenèse, profil biochimique, radiographie
Phénomène, processus et fonction : boiterie, héritabilité, performance sportive
Réduire

- Description détaillée :
Le programme ESOAP repose sur le suivi longitudinal, dans 18 élevages de Basse-Normandie, d'un Afficher la suite
Le programme ESOAP repose sur le suivi longitudinal, dans 18 élevages de Basse-Normandie, d'un large effectif de poulains. Les animaux sont examinés dans le mois qui suit la naissance, à l'âge de 3 mois, puis tous les 3 mois jusqu'aux ventes (vers 15 à 18 mois). Ils font en particulier l'objet des investigations suivantes :
- suivi de la locomotion incluant un examen physique (relevé des éventuelles anomalies d'aplomb ; déformations osseuses ou distensions articulaires) et un examen dynamique au pas ; ces examens sont filmés pour une analyse ultérieure en aveugle par des experts ;
- suivi de la croissance à l'aide de relevés hippométriques (poids vif, hauteur au garrot, périmètre thoracique) et de prélèvements sanguins pour analyses de laboratoire afin d'établir la concentration sérique des marqueurs de l'ossification (hydroxyproline, ostéocalcine et phosphatases alcalines, calcium, phosphore, zinc et cuivre) en fonction de l'âge ;
- bilan alimentaire des couples jument-poulain incluant des prélèvements et des analyses des fourrages secs et verts, et le calcul de la valeur alimentaire des rations (énergie, azote, minéraux) des juments pendant les différents stades de la gestation puis de la lactation, et des poulains après le sevrage ;
- suivi de la conduite d'élevage des couples jument-poulain puis des poulains seuls : manipulations, mode de logement, rythme des sorties, type de sol, taille des parcelles et des lots...;
- prélèvements sanguins pour l'étude des bases moléculaires des AOAJ par recherche statistique de régions chromosomiques (QTL) liées à l'ostéochondrose ;
- deux examens radiographiques à 6 mois (sevrage) et entre 15 et 18 mois (avant les ventes). Les membres sont examinés à l'aide de 10 clichés. Les dossiers radiographiques sont analysés par au moins 3 vétérinaires différents afin d'établir le score radiographique de chaque poulain et la catégorie lésionnelle à laquelle il appartient.
Les données des examens locomoteurs, des suivis de croissance, des bilans alimentaires, des analyses biochimiques, des pratiques d'élevage... sont corrélées au score radiographique afin d'établir l'incidence de chaque paramètre étudié sur le statut ostéo-articulaire. Au sein de l'Unité, cette thématique occupe 3 cadres scientifiques (1 PR, 1 MC, 1 IR) et 1 DESV (Diplôme d'Etude et de Spécialisation Vétérinaire). Actuellement, elle est le support d'un mémoire de 4 thèses de doctorat vétérinaire.
La prévalence des AOAJ a été décrite dans plusieurs races étrangères (thoroughbred, standardbred, warmblood). En général, les bilans radiographiques ont été réalisés chez le yearling avant les ventes ou au début de l'entraînement. Le programme ESOAP propose une approche originale des AOAJ : il repose sur un dépistage très précoce des anomalies radiographiques chez des foals de 6 mois des 3 principales races françaises.
Par ailleurs, de nombreuses études ont abordé l'étiologie des AOAJ ; l'équilibre alimentaire ou la génétique ont souvent été envisagés isolément. L'originalité du projet ESOAP est l'approche multifactorielle des AOAJ. Tous les facteurs susceptibles d'avoir une influence sur les AOAJ sont pris en compte.
Enfin, il s'agit, à notre connaissance, du premier travail visant à établir l'incidence clinique des AOAJ à travers une approche épidémiologique sur un large effectif de chevaux non sélectionnés : à ce jour, seules des données issues de cas cliniques présentés à la consultation étaient disponibles. Le programme ESOAP s'intéresse à 3 générations successives de poulains (naissance en 2002, 2003 et 2004). Les couples jument-poulain sont suivis pendant 2 ans, depuis le 9ème mois de gestation jusqu'au départ des produits de l'élevage pour les ventes de yearlings ou l'entraînement (vers 15 à 18 mois).
Il a débuté sur le terrain à l'automne 2001 avec la prise de contact avec les éleveurs, le choix des poulinières de la cohorte 2002 et le relevé des rations de gestation. La récolte des données se poursuivra jusqu'à l'automne 2005 et leur analyse et leur publication prendra probablement encore 2 années supplémentaires.
Enfin, la carrière en course ou en compétition des poulains sera suivie afin d'établir l'influence des AOAJ sur les performances sportives. Ce volet de l'étude se poursuivra jusqu'en 2010 (année de 6 ans de la cohorte 2004). Les AOAJ constituent un problème préoccupant pour l'éleveur, l'entraîneur et le cavalier :
- dépistées chez le jeune cheval à l'occasion de transactions, elles sont à l'origine d'une dévalorisation du sujet porteur pour l'éleveur ;
- chez le cheval en cours d'exploitation sportive, elles sont une cause majeure de boiteries et entraînent des défauts de performance des sujets affectés.
Ainsi, les AOAJ induisent des pertes économiques substantielles pour l'industrie des courses et du cheval de sport. - G. Fortier, M.-P. Toquet - Laboratoire Départemental Frank Duncombe à Caen, pour les analyses biochimiques.
- O. Camacho - Chambre d'agriculture du Calvados à Lisieux, pour les pratiques d'élevage.
- S. Chaffaux, G. Guérin - Laboratoire de Génétique Biochimique et Cytogénétique, INRA de Jouy en Josas.
- B.-M. Paragon, G. Blanchard - Unité Pédagogique de Nutrition de l'ENVA.
- H. Seegers, N. Bareille - UMR INRA-ENVN 708 « Gestion de la Santé Animale ».
- W. Martin-Rosset - INRA Clermont-Ferrand/Theix.L'objectif général du programme ESOAP est de préciser les conditions environnementales des élevages (conduite d'élevage, rationnement alimentaire), de quantifier la croissance des produits et d'apprécier le statut radiographique des membres des poulains afin d'identifier les facteurs de risque pouvant conduire à l'apparition d'AOAJ.
Les objectifs spécifiques consistent à :
- établir la prévalence des AOAJ dans les élevages de Basse Normandie et confirmer la prédisposition raciale pour certaines lésions ;
- étudier l'évolution des images radiographiques entre 6 mois et 18 mois afin de déterminer la valeur prédictive de radiographies précoces ;
- déterminer quelles lésions OA se traduisent par des troubles locomoteurs chez le poulain avant la mise au travail ;
- évaluer l'incidence des AOAJ sur la carrière et les performances en course des chevaux ;
- confirmer que le rationnement alimentaire des juments pendant les 4 derniers mois de la gestation et pendant la lactation a une influence sur le statut OA des poulains et établir des normes de rationnement adaptées aux races françaises en Normandie ;
- vérifier par la mesure de paramètres zootechniques (poids, hauteur au garrot, GMQ) qu'une croissance excessive est associée à des concentrations en marqueurs biochimiques (ostéocalcine, phosphatases alcalines, hydroxyproline) plus basses pendant les 6 premiers mois et représente un facteur de risque de l'apparition des AOAJ ;
- mettre en évidence l'influence des conditions d'élevage (structure des locaux, nature des pâtures) sur les AOAJ ;
- préciser l'héritabilité des lésions OA des diverses régions anatomiques. ANALYSE RADIOGRAPHIQUE DES LESIONS OSTEO-ARTICULAIRES JUVENILES :

La moitié des poulains ont un statut ostéo-articulaire excellent (au plus une image radiographique suspecte) alors que seulement 11 % d'entre eux ont un score radiographique dépassant 5. Les poulains les moins lésés sont les Pur-Sang Anglais alors qu'inversement les Selle-Français sont les plus porteurs d'images radiographiques suspectes ou anormales (IRSA). Les variations de répartition des IRSA selon les races sont confirmées. Par exemple, le site le plus fréquemment affecté est le boulet antérieur chez les poulains PSA et le boulet postérieur chez les poulains TF et SF.
Le suivi radiographique des yearlings, a permis d'étudier l'évolution du SOA entre 6 et 18 mois. Le SR moyen des poulains et la répartition des poulains dans les différentes catégories de SR ne varient pas significativement entre 6 et 18 mois. Cependant cette stabilité du SOA n'est qu'apparente. Si 47 % des IRSA identifiées à 6 mois restent stables, 31 % disparaissent et seulement 8 % d'entre elles s'aggravent. Par ailleurs, 31 % des IRSA identifiées à 18 mois, ne l'ont pas été lors de l'examen radiographique au sevrage. L'évolution d'une IRSA est dépendante du type d'entité lésionnelle considérée.
Ces résultats confirment qu'il existe de nettes variations dans la répartition des IRSA selon les races, et que l'évolution de ces IRSA est très variable suivant le type d'entité lésionnelle considéré. Il apparaît nécessaire de poursuivre l'analyse de ces données selon un mode analytique, permettant autant que possible de conserver le caractère particulier de chaque entité.



RELATIONS ENTRE LES APLOMBS, LES TROUBLES LOCOMOTEURS ET LES LESIONS OSTEO-ARTICULAIRES (OA) :

Toutes les IRA à expression clinique certaine (IRAc) s'accompagnent de signes locaux (déformations ou distension articulaire) ou de boiterie avant l'âge de 3 mois. Les IRA à expression clinique probable (IRAp) sont mieux tolérées, même si la prévalence des signes locaux associés augmente avec l'âge du poulain.
La fréquence et la gravité des anomalies d'aplomb diminuent avec l'âge (p<0,001). Les défauts d'aplombs présents à la naissance persistent au sevrage chez 1/3 des foals tandis que 7% des foals présentent de moins bons aplombs au sevrage que dans les premières semaines de la vie. Les défauts d'aplomb dans le plan frontal (varus/valgus) sont plus fréquents que les anomalies dans le plan sagittal (contractures/laxités) entre 0 et 6 mois. La présence d'anomalies d'aplomb à la naissance n'a pas d'influence sur le statut ostéo-articulaire au sevrage. En revanche, le SR est fortement corrélé au SA au sevrage (p<0,001) et les poulains présentant des défauts d'aplomb à 6 mois ont un score radiographique plus élevé (p<0,001) que les poulains sains. Les poulains dont les aplombs se sont détériorés entre la naissance et le sevrage ont également un moins bon statut ostéo-articulaire (p<0,05) que les poulains dont les aplombs se sont améliorés ou sont restés stables.
Les poulains parés 3 fois ou plus avant le sevrage ont un meilleur statut OA que les poulains parés moins fréquemment. Cependant, ces effets se combinent avec des pratiques d'élevage également plus précautionneuses.



SUIVI DE LA CROISSANCE DES POULAINS :

Les mesures de la hauteur au garrot (HG) et du périmètre thoracique (PT) permettent une évaluation assez fiable du poids du poulain à partir d'équations de prévision du type : Poids vif = a x Age + b x HG + c x PT + Cte. Ces équations ont été établies par race, par tranche d'age et par sexe. Elles ont été étalonnées avec les pesées réelles effectuées lors des examens radios, avec une excellente corrélation, avec une erreur moyenne de 4 p 100 (10 kg pour un poulain de 250 kg et 15 kg pour un poulain de 350 kg). A 18 mois, 2400 mesures de HG et de PT ont été obtenues.

- Relations avec la race :
L'intersection des courbes de HG et de PT, calculée sur les 6 premiers mois, est spécifique de chaque race. Ce point d'intersection taille-périmètre (ITP) se situe à :
- 82 jours pour les TF ;
- 98 jours pour les SF ;
- 110 jours pour les PS.
L'erreur absolue sur la mesure est de 1,0 cm soit une erreur relative de 0,8 %.
Ce point permet à l'éleveur de savoir si ses poulains s'écartent de la moyenne de la race.
Les modèles de croissance peuvent être décrits par les modèles linéaires ou non linéaires classiques.
Le poids des PS est statistiquement inférieur à celui des SF et des TF, sur 6 mois comme sur 18 mois. Le poids moyen des PS est de 233 kg et 395 kg à 6 et 18 mois. Il est respectivement de 248 kg et 408 kg pour les SF et de 255 kg et 415 kg pour les TF, aux mêmes âges (modèle de Gompertz).

- Relations avec la période de naissance :
Les poulains peuvent naître précocement (de janvier à mars pour les PS et les TF et de février à avril pour les SF) ou tardivement (après mars pour PS et TF et après avril pour les SF).
Après 3 mois, les poulains TF nés précocement sont plus enveloppés et plus grands que ceux nés au printemps. Par contre, les poulains PS précoces sont moins enveloppés et plus petits que les tardifs jusqu'à 3 mois. La période de naissance n'a aucune influence chez les SF.

- Relations avec le sexe :
Les mâles PS et TF sont plus grands et plus lourds que les femelles dès l'âge 6 mois ; les mâles SF ne le sont qu'à partir de 1an. Les femelles PS et TF sont plus enveloppées que les mâles jusqu'à 1 an.

- Relations avec le statut ostéo-articulaire :
L'examen radiographique des membres des poulains a permis de définir 3 catégories selon la gravité des lésions. Nous avons limité notre étude à la comparaison des poulains sains (catégorie 1) et des poulains sérieusement lésés (catégorie 3) lors de l'examen à 6 mois.
Sur les 6 premiers mois, les poulains lésés des 3 races ont une croissance plus rapide (estimée par HG et par PT) que les poulains sains. Cette différence s'estompe sur la période 12 mois-18 mois.
Le point d'intersection entre HG et PT (ITP) est un bon indicateur du statut OA.
Les poulains lésés des races SF et TF sont restés plus longtemps (respectivement 23 et 17 jours) plus grands qu'épais, ce qui pourrait expliquer une partie des lésions observées. Les résultats sont moins éloquents pour les PS (moins lésés).



SUIVI DES PROFILS BIOCHIMIQUES DES POULAINS :

- Etablissement de normes :
Les bilans sanguins ont été réalisés à partir de 2400 prélèvements effectués sur 395 poulains.
L'élimination systématique des poulains présentant des profils très inflammatoires (fibrinogène, leucocytes élevés) et/ou infectieux (formule sanguine, fibrinogène, protéines totales,...) nous a permis d'établir des « normes » sanguines équines de référence, pour les 3 races étudiées : PS, SF et TF.
Ces normes ont été déterminées pour 6 classes d'âge : dans le 1er mois, entre 2 et 3 mois, entre 4 et 6 mois, entre 7 et 12 mois, entre 13 et 18 mois et pour les juments allaitantes. Chaque classe d'âge est représentée par environ 300 prélèvements et chaque poulain se retrouve dans chacune des 5 classes. Une classe des « 36 premières heures », très différente du point de vue hématologique a pu être établie, mais sur un échantillon limité (35 poulains PS).
Nous avons confirmé aussi, la bonne fiabilité des dosages de la Glutathion peroxydase (GPX) et de la superoxyde dismutase (SOD) pour évaluer la charge biologique des poulains en cations souvent présents dans les compléments de ration tels que : cuivre, zinc, sélénium.

- Relation statut ostéo-articulaire et marqueurs du métabolisme osseux :
L'ostéocalcine, l'hydroxyproline et les phosphatases alcalines (PALs, essentiellement la fraction osseuse PAL oss), sont des marqueurs de l'activité de l'os pendant la croissance. Des perturbations dans le déroulement de la croissance, pourraient se traduire par des teneurs modifiées de ces indicateurs dans le sang.
Les résultats obtenus sur les cohortes 2002 et 2003 radiographiées à 18 mois confirment ceux obtenus lors de la précédente étude (97-99) : les poulains ayant les SR les plus élevés présentent, dans leurs 6 premiers mois, des taux sériques d'ostéocalcine, de phosphatases alcalines et d'hydroxyproline plus bas que les poulains à SR faible. Un déficit en ostéocalcine sérique dans les 200 premiers jours pourrait traduire un déficit de contrôle de l'activité ostéoblastique.

- L'étude des pratiques d'élevage montre que les poulains les plus manipulés ont un SR plus bas (p<0,01). Les poulains sortis dès la première semaine sur des parcelles de moins de 1 ha ont un SR plus bas (p<0,01) que les poulains gardés au box ou sortis sur des parcelles de plus d'un ha. Enfin, une mise à l'herbe incomplète jusqu'au sevrage est associée à un meilleur statut OA (p<0,05). Les Affections Ostéo-Articulaires Juvéniles (AOAJ) induisent des pertes économiques substantielles pour l'éleveur, l'entraîneur et le cavalier. Les études concernant l'étio-pathogénie de ces lésions d'origine multifactorielle n'ont pas encore permis d'identifier clairement les mesures préventives les plus efficaces.
Le programme ESOAP (Elevage, Statut Ostéo-Articulaire et Performance) consiste à suivre 400 poulains de race Trotteur Français (TF), Pur-Sang Anglais (PS) et Selle Français (SF), au sein de 18 élevages de Basse-Normandie, de la naissance à 18 mois.
Grâce à une approche pluridisciplinaire, tous les facteurs susceptibles de conduire à l'apparition d'AOAJ sont abordés : alimentation, croissance, conduite d'élevage, génétique...
Les poulains font l'objet d'un examen radiographique des membres à 6 mois et vers 18 mois afin de connaître leur statut ostéo-articulaire.
Cette approche permet d'établir la prévalence des AOAJ dans les 3 principales races françaises élevées en Basse-Normandie et d'identifier et de hiérarchiser les facteurs de risque pouvant être à l'origine de ces lésions.
Enfin, le suivi clinique des poulains jusqu'à l'âge de 18 mois, permettra d'identifier les AOAJ à l'origine de troubles locomoteurs avant la mise au travail. Dans un second temps, l'étude des performances en course ou en compétition de ces mêmes chevaux a pour but de discriminer les lésions ostéo-articulaires (OA) préjudiciables à la carrière sportive des lésions bien tolérées. Réduire

- Champs de rattachement :
 

En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +