Vous cherchez...

 
Une recherche
   
   
 
 
PHASE-CT3 : Ancien CT3 Digestion, alimentation et valeur des aliments
(CT)
- Mot(s) clé(s) :
Objet d'étude : palmipède, oie, canard, foie gras, viande de canard, plume, ruminant, ovin, bovin, aliment, rumen, intestin, paroi végétale, probiotique, bactérie, protozoaire, pathogène, tanin, veine porte, protéagineux, poisson, larve, service, séquençage, chèvre, caprin, porc, porcelet, porc en croissance, truie, poulet, veau, nouveau-né, follicule, mamelle, matière première alimentaire, logement
Question sociétale et finalité, contexte : bien-être animal, sécurité alimentaire, santé animale, alimentation animale, nutrition animale, diversité
Démarche, discipline : biochimie, Biologie du développement, Bio-informatique
Afficher la suite
Objet d'étude : palmipède, oie, canard, foie gras, viande de canard, plume, ruminant, ovin, bovin, aliment, rumen, intestin, paroi végétale, probiotique, bactérie, protozoaire, pathogène, tanin, veine porte, protéagineux, poisson, larve, service, séquençage, chèvre, caprin, porc, porcelet, porc en croissance, truie, poulet, veau, nouveau-né, follicule, mamelle, matière première alimentaire, logement
Question sociétale et finalité, contexte : bien-être animal, sécurité alimentaire, santé animale, alimentation animale, nutrition animale, diversité
Démarche, discipline : biochimie, Biologie du développement, Bio-informatique
Echelle d'étude : photopériode, composition botanique, pâturage, prairies, tractus digestif, traçabilité, environnement, composition corporelle
Dispositif technique et méthode d'étude : gavage, sélection, croisement, aviculture, insémination artificielle, inration, in vitro, in vivo, typologie, ration, ph ruminal, quantité ingérée, synthèse microbienne, modélisation, aquaculture marine, analyse du transcriptome, aquaculture, lactation, sevrage, utérus, outil d'aide à la décision
Composé chimique, Facteur du milieu : aliment pour animaux, nutriment, acide gras volatil, méthane, mycotoxine, lait, ligand, acide gras, cla, oméga 3, glucose, flavonoïde, terpène, caroténoïde, vitamine, additif, homéostase, hormone, énergie, température, azote, acide aminé, urine
Phénomène, processus et fonction : composition morphologique, digestibilité, digestion, ingestibilité, ingestion, valeur alimentaire, valeur nutritive, absorption, fermentation anaérobie, moisissure, qualité du lait, acidose, qualité, besoin nutritionnel, comportement animal, ressource halieutique, alimentation, comportement, fermentation du rumen, homéorhèse, composition du lait, composition du tissu adipeux, gestation, mise bas, oestrus, ovulation, comportement alimentaire, excrétion, fèces
Réduire

- Description détaillée :
PHASE s'intéresse à l'alimentation et à la nutrition animale, ainsi qu'à tous les mécanismes Afficher la suite
PHASE s'intéresse à l'alimentation et à la nutrition animale, ainsi qu'à tous les mécanismes d'utilisation digestive et métabolique des nutriments qui vont conditionner les métabolismes cellulaires et tissulaires, et in fine la dynamique de l'élaboration des produits animaux (lait, muscle, oeuf).

En effet, l'alimentation constitue toujours la principale charge financière des élevages et la nutrition est indiscutablement le principal levier non génétique permettant d'orienter plus rapidement et de manière plus facilement réversible que par la génétique, les métabolismes vers des produits de qualité, la préservation de la santé et le bien-être, et de maîtriser les rejets polluants. L'ambition de PHASE dans ce domaine est de mettre en place des approches inter-disciplinaires de la fonction de digestion et de la régulation des flux de nutriments pour :

(a) contribuer aux questionnements actuels sur les interactions nutrition - santé animale
(b) proposer des méthodes d'évaluation multicritères (incluant valeur environnementale, santé, qualité, ?) de la valeur des aliments pour animaux
(c) proposer de nouvelles stratégies alimentaires cohérentes avec les nouvelles contraintes des élevages (arrêt des antibiotiques, bien-être animal), la disponibilité en matières premières (substituts des farines animales, nouvelles sources de protéines) l'évolution des systèmes vers plus de durabilité (maximiser l'utilisation de l'herbe quitte à réduire la production individuelle, simplifier les travaux d'alimentation) et l'évolution des connaissances sur les besoins nutritionnels des animaux.

Comme précédemment, c'est un domaine où l'INRA est historiquement très présent. Nos travaux continuent à faire référence sur les besoins nutritionnels des animaux et la valeur des aliments, à la fois au plan national (fort partenariat avec l'industrie, expertise) et international (invitation d'experts) dans de nombreuses espèces de rente. Ces travaux ont toujours été sous-tendus par l'acquisition de connaissances génériques sur la physiologie digestive et le métabolisme. Malgré tout, notre position est fragile suite à une perte régulière de compétences qu'il faudra en partie remplacer. On connaît, en effet, l'essentiel sur les besoins nutritionnels et la valeur nutritionnelle classique des aliments pour les principales espèces animales d'élevage, sauf peut-être pour de nouvelles espèces aquacoles. Mais ce secteur est en profonde mutation et notre ambition est de le faire évoluer et de maintenir notre place dans le concert international en renouvelant nos approches et en proposant de nouveaux concepts.

Ce champ thématique, qui ne s'intéresse qu'à la fourniture des nutriments par les aliments, est lié au CT1 en ce qui concerne le comportement alimentaire et l'ingestion et très fortement au CT4 pour ce qui concerne l'utilisation des nutriments dans le métabolisme tissulaire et l'élaboration des produits animaux. Il est aussi relié au CT5 quant à la nécessaire intégration des résultats obtenus sur les valeurs des aliments chez l'animal entier placé dans les systèmes d'élevage.

Dans le premier sous-champ seront traitées les questions liées à la régulation et à la prévision des flux ingestifs et digestifs de 1) nutriments (glucides, lipides, protéines, fibres) , 2) de micronutriments (caroténoïdes, acides gras w3, CLA, trans?), pour ce qui concerne en particulier la digestion enzymatique, l'absorption et la biodisponibilité de ceux-ci, le rôle du métabolisme ruminal et de la digestion microbienne, et 3) de minéraux (P, Cu, Zn). L'étape digestive conditionne en effet largement les capacités ingestives (ruminants), l'efficacité d'utilisation des aliments et la production de rejets, mais aussi l'équilibre des nutriments et micronutriments absorbés qui détermine en partie la qualité des produits animaux. Nous disposons d'un excellent positionnement historique chez les espèces de rente. Notre expertise est reconnue au niveau national et européen (digestion enzymatique et microbienne). Au niveau européen, la finalité agronomique n'est pas présente dans les priorités du 6° Pcrd, sauf via l'animal modèle de physiopathologie pour l'Homme, et le nombre d'équipes dans le monde sur les espèces de rente est globalement en diminution.

Les questions liées aux interactions entre nutrition et santé animale constituent le deuxième sous-champ. Les questions abordées ont trait aux effets de la nutrition sur la santé du système digestif. L'alimentation joue, en effet, un rôle clé dans le bon fonctionnement de la sphère digestive et notamment l'équilibre de la microflore. Un effort important a été consenti ces dernières années pour développer ces travaux.

Le dernier sous-champ s'intéresse aux valeurs des aliments, et s'oriente plutôt vers le développement de nouveaux concepts prenant en compte l'évolution de la définition classique des « besoins» des animaux. Pour les espèces de rente, il existe un excellent positionnement historique sur le développement et l'application de nouveaux concepts(ex. énergie nette, acides aminés digestibles endogènes, phosphore digestible, etc..) y compris sur les aliments et fourrages tropicaux (en zone Caraïbes), et sur l'alimentation des poissons, en relation avec la préservation des ressources (substitution des matières premières animales d'origine marine par des matières premières d'origine végétale). Mais nos forces sont en diminution constantes sur ce thème depuis 10 ans, diminution qui va s'accélérer encore par le proche départ de plusieurs chercheurs seniors.
Réduire

- Champs de rattachement :
 

En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +